Après une très longue période de conception, plus de 250 prototypes et plus de 5 millions de kilomètres parcourus, Audi se lance dans le 100% électrique. Le premier modèle choisi est un SUV et c’est donc avec cette Nouvelle Audi e-tron que la marque aux 4 anneaux se lance sur ce marché.

Pour tester ce nouveau modèle, nous avons été convié à prendre le volant du SUV sur un week-end où nous sommes partis de Paris pour passer le dimanche à l’île de Ré. L’objectif de ce roadtrip était de démontrer que le véhicule peut effectuer un trajet de presque 800 kilomètres sur deux jours et qu’il était possible pour lui d’endosser le rôle de voiture principale pour partir en vacances.

Samedi 4 mai 2019, il est 9 heures du matin, nous sommes à la concession Audi Velizy point de départ de notre parcours et comme il pleut, on va attendre un peut avant de vous expliquer le design de cette nouvelle Audi e-tron avec des belles photos. On prend la route et on vous donne les premières impressions immédiatement.

C’est parti sous une pluie battante, nous sommes lancés sur la N112 et confrontés directement à l’une des innovations les plus perturbantes de ce nouveau modèle. Les rétroviseurs digitaux ou Audi Virtual Mirrors dans le langage du constructeur. À la place du classique miroir, vous avez donc une caméra qui permet de gagner en aérodynamique, et à l’intérieur du véhicule entre la poignée pour ouvrir votre porte et le montant se trouve un écran OLED pour le retour de cette caméra.

C’est assez impressionnant au départ, perturbant même car nos habitudes en prennent un coup. D’ailleurs beaucoup plus perturbant à droite qu’à gauche. Ceci grâce ou à cause d’une histoire d’angle de vision lorsque l’on est sur le siège conducteur. Mais force est de constater que sous une pluie battante à effectuer des dépassements, l’apprentissage de cette innovation aurait pu être plus douce. Une fois les 150 premiers kilomètres avalés, ces Audi Virtual Mirrors domptés, on fait une première pause dans le perche. Et le premier bilan au niveau de l’autonomie est bon avec un parcours mixant double voies à 110 km/h et route départementale à 80 km/h. On voyage dans un silence très appréciable, on s’applique à ne pas faire des grosses accélérations histoire de conserver sa batterie et on devient progressivement plus souple, calme au volant et c’est presque reposant.

L’aspect extérieur :
Le soleil se lève et il est donc l’heure de faire le tour du design de cette nouvelle Audi e-tron. Même si sur le papier c’est un véhicule assez imposant, avec ses 4 mètres 90 de long et son bon 2 mètres de large, mon oeil ne remarque pas immédiatement ses proportions. Preuve que le proportions sont bonnes et que les designers ont réussi à donner une allure dynamique à cette ligne.

A l’avant, on distingue une calandre Singleframe pleine avec une signature visuelle 4 traits spécifique à ce modèle e-tron. En effet pas besoin de refroidir de radiateur, donc pas d’ouverture, enfin si une légère… En lieu et place d’un éventuel « quattro » en bas de la calandre se trouve ici un e-tron. On remarque aussi à l’avant que la signature lumineuse des feux avant est bien celle réservée aux modèles de la gamme électrique de la marque Audi. On retrouve les 4 petites barres LED horizontales.

De côté, le véhicule prend bien son rôle de SUV avec des passages de roues « quattro » qui accentuent le côté baroudeur. On remarque également que le plancher ou l’on trouve les batteries du véhicules contraste avec la carrosserie. C’est un exercice souhaité des designers et assez réussi.
On remarque aussi quelques petits éléments oranges mis en avant et contrastant avec ce beau Bleu Antigua. Les étriers de frein sont spécifiques à e-tron, ainsi que les logos sur les côtés. Ces derniers cachent les trappes de recharge du véhicule.

Sur cette ligne, on remarque bien que ce design à pour objectif de pénétrer dans l’air avec le minimum de frottements, histoire de gagner en autonomie. D’ailleurs, vous ne le voyez pas ici, mais sachez que le plancher est caréné. Grâce à ces efforts, la nouvelle Audi e-tron bénéficie d’un coefficient de pénétration dans l’air de 0,27. Ce qui est très faible dans l’industrie automobile.

À l’arrière, rien de bien spécial si ce n’est qu’on ne trouve aucune sortie d’échappement. Normal pour un véhicule électrique allez-vous me dire. Ah, si une jolie chose à noter. Le magnifique bandeau lumineux qui joue sur presque toute la largueur d’animations lumineuses lorsque l’on ouvre ou verrouille le véhicule.

L’aspect intérieur :
A l’intérieur du véhicule, les habitués de la marque aux anneaux ne seront absolument pas dépaysés. C’est toujours aussi bien fini, c’est toujours aussi bien ajusté et c’est toujours aussi technologique. On y trouve les trois écrans comme sur les dernières Audi A6, A7, Q8 et il faudrait quasiment trois articles entiers pour expliquer les 40 assistances et autres caméras périphériques 3D.

Quelques spécificités quand même à ce nouveau modèle.

La première, c’est un tableau de bord digital spécifique au véhicule, comprenez Audi Virtual Cockpit spécifique pour les intimes. On y retrouve notamment toutes les commandes et informations nécessaires à une conduite électrique.

La seconde, c’est un nouveau levier de vitesse avec une petite gâchette pour passer les vitesses de la boite automatique. Et au niveau de l’ergonomie, c’est un régal pour les manipulations.

La troisième et dernières chose que j’adore, c’est le rétroéclairage autour du réceptacle de la boucle de ceinture de sécurité. Depuis que je vois ça, je me demande pourquoi personne n’y a pensé plus tôt. C’est tellement pratique pour attacher sa ceinture lorsqu’il fait nuit.

Et la quatrième et non des moindres, reste ces Audi Virtual Mirrors ou rétroviseurs digitaux (disponibles en option) comme je l’explique au début de cet article. D’ailleurs, si l’on compte ces deux écrans supplémentaires, ça porte le nombre total d’écrans à 5 à l’intérieur du véhicule.

La mécanique :
Ce véhicule est alimenté par deux moteurs électriques, un sur chaque essieu pour être totalement précis. D’ailleurs ici, la marque aux anneaux décline sa technologie quattro à l’électrique avec l’appellation « e-quattro »

Ces deux moteurs développent en mode dynamique 408 chevaux avec un couple de 664 NM. De quoi propulser les 2,5 tonnes de 0 à 100 km/h en 5,7 secondes avec une vitesse maxi de 200 km/h. Autant vous dire tout de suite que si vous essayez de vérifier ces performances, votre consommation électrique et donc votre autonomie s’en fera sentir immédiatement.

En parlant de consommation, sur le papier et selon le cycle WLTP cette nouvelle Audi e-tron a une autonomie de 417 kilomètres.

Le comportement routier :
D’ailleurs on revient sur la route car nous sommes justement sur une portion d’autoroute entre Le Mans et Angers. Et comme nous étions en train de parler de la consommation, nous sommes en train d’observer la différence d’autonomie constatée entre une vitesse au régulateur à 110 km/h et une vitesse au régulateur à 130 km/h.

On va pas se mentir, mais rouler à 130 km/h tout au long de cette portion d’autoroute ne nous aurait jamais permis d’arriver jusqu’à la borne Ionity située sur l’aire des Portes d’Angers. La meilleure solution pour conserver votre autonomie sera de rester à 110km/h sur la file de droite en profitant du paysage.

Nous voici donc sur la borne Ionity à Angers pour recharger notre véhicule. Ionity est un réseau de recharge pour les véhicules électriques alliance entre 6 constructeurs (BMW, Daimler, Ford, Volkswagen, Audi et Porsche) qui prévoit le déploiement en 2020 de 400 stations en Europe dont 80 en France.

Ces bornes peuvent recharger rapidement vos véhicules électriques car elles sont puissantes. Et plus c’est puissant, plus c’est rapide à recharger. Ici, la puissante de charge est de l’ordre de 150 kW et il faut ainsi seulement 30 minutes pour charger la batterie à 80%. Pour vous donner un ordre d’idée, la prochaine e-tron GT acceptera une charge à 350kW et les bornes du réseau Ionity seront prêtent pour délivrer cette puissance.

Une fois le plein effectué, nous retournons sur les petites routes départementales ou le véhicule est dans son élément. Pour un peu que l’on se trouve sur un terrain vallonné vous pourrez « jouer » à récupérer de l’autonomie dans les descentes, vous vous amuserez avec la palette pour récupérer de l’énergie aussi à l’approche de chaque rond-point afin de prolonger votre voyage. Bref, vous adopterez un comportement totalement différent qu’avec votre voiture thermique. Vous serez alors convertis et prêt à passer de l’autre côté de la barrière. Vers le côté de la force électrique…

Conclusion :
Cette nouvelle Audi e-tron est vraiment bien née pour la première voiture 100% électrique de la marque. Loin d’être un coup d’essai, en conservant l’ADN Audi et avec quelques belles innovations, ce modèle peut amplement sortir des villes pour de longs trajets. A défaut de faire beaucoup de bruit, il offre une première alternative sérieuse face à la concurrence nommée Tesla.

On adore :
– La prise au jeu d’une conduite souple lorsque l’on conduit la voiture
– Le rétroéclairage autour du réceptacle de la boucle de ceinture de sécurité
– Le nouveau levier de vitesse avec une gâchette

On aime moins :
– 5 écrans dans un habitacle, ça commence à faire un peu trop
– L’autonomie qui fond comme neige au soleil lorsque l’on est à 130 km/h

Le prix :
À partir de 83 880 euros pour cette Audi e-tron quattro

Les remerciements :
Un grand merci à Audi France pour ce week-end au volant de cette Audi e-tron.
Si vous souhaitez plus d’informations sur le véhicule, c’est ici !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here