PARTAGER

Ce samedi se tenait à Paris le premier Grand Prix de Formule E à Paris. Véritable évènement pour la ville, le pilote brésilien Lucas Di Grassi a remporté ce e-Prix de Paris devant une foule conséquente. C’était une véritable première pour la capitale d’accueillir en plein centre de Paris un circuit automobile. En effet, d’énormes moyens au niveau des infrastructures ont été déployés dans les rues. 1,93 kilomètre pour 14 virages placés autour de l’Hôtel des Invalides, un village, une ligne des stands…. Rien ne manquait pour que cet évènement soit un véritable succès.

formule-e-prix-de-paris-0Nous sommes arrivés sur place à 10 heures, pour voir les séances de qualifications de ces Formules E et déjà pas mal de monde dans l’arène. D’ailleurs, on sent bien qu’il subsiste quelques cafouillages au niveau de l’organisation. Tout le monde demande sa route, et l’accès n’est pas évidant. Mais une fois la zone repérée et quelques échanges on trouve vite ses marques. Les voitures s’élancent et l’on découvre ainsi un spectacle assez impressionnant. La première chose qui surprend c’est le bruit des voitures. Un sifflement assez strident qui vous fait immédiatement penser à un vaisseau qui pourrait sortir d’un épisode de Star Wars. En gros, ça fait Sniiiiiiiii, ou bien imaginez une peut-être le bruit d’une voiture Scalextric sur un circuit mais puissance 10. Au lieu de vous décrire quelque chose qui ne l’est pas, heureusement j’ai quelques vidéos :

Lorsque ça attaque, ça donne niveau bruit :

Quand ils tournent au ralenti, ça fait presque pas de son :

Et quand le vainqueur de cette année Lucas Di Grassi sort des stands pour accélérer sévère :

Vous pouvez apercevoir que sur trois vidéos, une seule est potable et encore j’avais la bougeotte. Clairement, les grillages étaient ENORMES et il s’est avéré très difficile de faire de belles photos. On est d’accord, la sécurité avant tout et l’étroitesse du circuit me dit que c’est certainement mieux ainsi, mais quand même. Et encore, je suis privilégié car grâce à Renault Z.E., j’ai eu la chance d’avoir un accès à pas mal d’endroits pour réaliser quelques photos.

Au niveau du e-village, les spectateurs pouvaient découvrir la gamme électrique Renault Z.E.et même essayer certains modèles. D’ailleurs sur la piste, on pouvait découvrir lors des entractes des Renault ZOE se donnant en spectacle.

Dans la zone dite « VIP » l’ambiance était beaucoup plus « People, petits fours et champagne ». La passion automobile n’était pas trop palpable. Mais bon, c’est comme un Grand Prix de Formule 1 de Monaco, c’est la place to be. Et puis ici, on peut faire des belles photos sans le fameux grillage et même dans les stands avant la course.

Une fois, les festivités d’avant course terminées on retrouve les 18 pilotes sur la grille de départ, parmi lesquels des noms très connus : Nelson Piquet Junior, Nicolas Prost ou encore Bruno Senna. Au niveau des écuries, on y trouve les constructeurs Renault, DS, Audi, Venturi ou encore Mahindra.

Il est 16h04 et le premier e-Prix de Formule E de Paris est lancé. Les heureux habitants du quartier sont sur les balcons avec des drapeaux français, les tribunes sont pleines et le spectacle commence. Les monoplaces font trembler le bitume des Invalides, les pilotes rasent les murs et passent sur les vibreurs en plastique. Spectacle impressionnant qui heureusement se passe à merveille et sans incident.

Au bout de 24 tours, les batteries des voitures sont déchargées, donc passage au stand pour tout le monde. Le ravitaillement de cette course de Formule E est spécifique à la discipline, puisque chaque pilote dispose de deux voitures. Ainsi lors du ravitaillement, chacun doit s’arrêter à son stand et bondir d’une monoplace à l’autre dans un minimum de temps. De nouveau sur la piste, les monoplaces enchainent les tours à toute vitesse. Au niveau des performances, elles sont capables d’abattre le 0 à 100 km/h en 3 secondes et d’atteindre la vitesse maximale de 225 km/h. Nous sommes déjà à la fin de la course, il reste trois tours et malheureusement un incident en queue de peloton oblige la voiture de sécurité de faire son entré sur la piste et ce jusqu’au passage du drapeau à damier.

Le classement final :

1. Lucas di Grassi (BRA/ABT Schaeffler Audi), 45 tours
2. Jean-Eric Vergne (FRA/DS Virgin) à 0.853
3. Sébastien Buemi (SUI/Renault e.dams) à 1.616
4. Nicolas Prost (FRA/Renault e.dams) à 2.142
5. Stéphane Sarrazin (FRA/Venturi) à 3.544
6. Sam Bird (GBR/DS Virgin) à 3.856

Conclusion, une belle journée de spectacle dans les rues du 7ème arrondissement de Paris, et une magnifique vitrine pour le véhicule électrique. Un évènement qui reviendra l’année prochaine, et on l’espère avec quelques correctifs suite aux enseignements de cette première édition.

Un merci particulier à Renault Z.E. pour cette belle expérience.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here