Cette nouvelle Toyota GR Yaris fait énormément de bruit positifs depuis sa sortie. Les articles sont dithyrambiques, les délais pour acquérir l’un des exemplaires neufs s’allongent au fur et mesure que le temps passe. Forcément j’ai voulu essayer et me faire mon propre avis sur cette petite bombe. La recette du succès, un poids relativement réduit à 1290kg, 4 roues motrices, un moteur 3 cylindres développant 261 chevaux et une boite de vitesse manuelle. Cerise sur le gâteau, c’est le département Toyota Gazoo racing qui a conçu et fabrique cette Toyata GR Yaris en y injectant toute l’expérience acquise en WRC.

Le contexte
C’est par un beau week-end d’avril que j’ai eu la chance d’avoir en prêt le véhicule mis à disposition par Toyota France. Ici aussi, le carnet des réservations est relativement chargé, donc ce n’était pas gagné d’avance. Mais coup de chance, une version Track est disponible pour moi dans un beau rouge intense. Sans la moindre hésitation, je réserve deux nuits dans une chambre d’hôtes en pleine campagne picarde afin de profiter des petites routes désertes.

Le design extérieur de cette Yaris un peu spéciale
Toutes les personnes que j’ai pu croiser avec cette voiture ont eu la même remarque. « Elle n’est pas d’origine votre Yaris, elle est musclée ? » La silhouette est connue et reconnue, mais en effet il n’y pas beaucoup de pièces communes avec la Yaris de quatrième génération. Seuls les feux avant et arrière, les rétroviseurs et l’antenne de toit sont partagés. Tout le reste est spécifique au modèle. Un modèle à part entière donc…

La face avant
L’avant est vraiment badass, respire la sportivité et ressemble à un poisson qui viendrait manger tout ce qu’il peut avec son énorme calandre en nid d’abeille. Elle a été agrandie à son maximum afin de faire passer un maximum d’air pour servir le radiateur, l’échangeur et le compartiment moteur. À chaque extrémité de la calandre, se trouvent de grandes entrées d’air verticales surinées d’un noir brillant pour refroidir les freins. Tandis que juste en dessous, sont logés des antibrouillards circulaires à LED positionnés sur les extrémités du bouclier. On remarque aussi les deux petites nervures sur le capot qui viennent donner du piquant à cette face avant. C’est superbement dessiné et ça semble diablement efficace !

Analyse du profil de cette Toyota GR Yaris
Vous l’aurez remarqué, la GR Yaris est une 3 portes. En effet, le règlement WRC stipule qu’aucune modification par rapport au modèle de série ne peut être apporté. Donc exit, les 5 portes. Le volume est relativement contenu et les roues sont logées aux 4 extrémités de la voiture. La longueur totale est de 3,9 mètres, l’empattement à 2,5 mètres et la largueur de 1,8 mètres. C’est super rapide à prendre en mains et vous conviendrez qu’il est évident de penser à un karting à la vue de cette voiture.

Le travail aérodynamique sur les ailes arrières est magnifique et semble pointer vars une ligne imaginaire qui pourrait se croiser avec le prolongement de la ligne de toit. Des bas de caisses imposants sont aussi là pour travailler sur l’appuie du véhicule en conditions extrêmes. Cette version finition « Track » est dotée de jantes en alliage forgé BBS de 18 pouces encore plus légères et d’étriers de freins rouges portant le logo Toyota Gazoo Racing GR.

Petit pas de côté pour voir aussi ce magnifique 3/4 arrière qui ne demande qu’à être libéré de mon objectif !

On termine avec l’arrière du véhicule
Ici encore et toujours, ça respire le sport. La silhouette vraiment musclée avec des voies et des ailes élargies. Le diffuseur arrière est aussi très présent et joue son rôle dans l’aérodynamique et contribue à de meilleures performances. Une double sortie d’échappements vient parfaire cette face arrière. Petite précision concernant l’optimisation du poids des matériaux qui a été un véritable fil conducteur dans la conception de cette voiture pour la rendre plus performante. Les ingénieurs ont eu recourts à pas mal d’aluminium (portes, hayon, capot…) et même un toit en carbone pour obtenir le poids final de 1280 kg à vide. Donnant ainsi un rapport poids/puissance de 4,9 kg/ch. Un chiffre à faire pâlir pas mal de sportives…

L’intérieur et l’habitacle du véhicule
Une fois assis derrière le volant, on y découvre un poste de commande tourné vers le conducteur. C’est relativement simple, intuitif et néanmoins complet. L’habitacle est identique à la dernière Yaris, mais quelques spécificités y ont été ajoutées. Exemple avec l’intégration dans le système multimedia et son écran 4,2 pouces, d’un nanomètre de pression du turbo ainsi qu’un indicateur du mode de répartition du couple.

Pour le reste, c’est simple et efficace. Quelques badges et une plaque GR rappellent que vous êtes dans un univers sportif, vous avez quelques surpiqûres sur les sièges et le volant, un pédalier en aluminium, et c’est tout ! Au niveau de la qualité perçue, c’est correct mais pas top et que vois-je ? Un tableau de bord analogique et non pas digital. L’objectif est d’avoir une meilleure visibilité.

À l’arrière, je vous épargne le test du grand gabarit mesurant 1 mètre 80, sachez qu’il voyagera très mal. Et concernant le coffre, pas de quoi y mettre trois valises, car les 174 litres ne sont pas fait pour ça. Cette voiture n’est pas là pour transporter des personnes, elle est là pour donner du plaisir essentiellement au conducteur. D’ailleurs, ce dernier ne voudra utiliser que le levier de vitesse et le sélecteur de la transmission intégrale GR-Four pour naviguer entre les modes « Normal » (60/40), « Sport » (50/50) et « Track » (30/70). En fonction du mode sélectionné, vous jouez sur la répartition du couple avant/arrière de la voiture. Je vais être honnête, ici, mon niveau de pilotage et la conduite sur route ouverte ne m’ont pas permis de ressentir les différences entre ces trois modes.

Néanmoins, mention spéciale pour les sièges avants dont la position est top et le maintient très bon. Uniquement à l’avant, on s’entend…

Le comportement routier
La combinaison poids réduit, moteur de 261 chevaux, 4 roues motrices et boite de vitesses 6 rapports manuels semble être sur le papier la meilleure équation pour prendre du plaisir sur la route. Et bien sachez que c’est le cas. Néanmoins il faudra ajouter le déclenchement du turbo dans l’équation. Turbo qui prendra son envol entre 3000 et 5000 tr/min et qui vous satellisera bien rapidement au delà des vitesses légales.

La direction est légère et précise, le freinage et bon et endurant, la sensation de conduite est vraiment bonne et on redemanderait presque des virages pour continuer le voyage. N’ayant pas l’infrastructure adéquat, je ne me suis pas amusé à mettre en défaut la voiture. Mais lors de mon trip avec une journée de pluie et des routes bien grasses, je ne me suis jamais fais peur, même en attaquant. Elle est presque rassurante…

J’avoue que le cadre idéal pour essayer pleinement cette voiture aurait été d’avoir un petit circuit à disposition. D’ailleurs elle doit être loin d’être ridicule face à des véhicules sportives du segment supérieur. Petit détail intéressant pour la protection de son moteur et pour les novices : Un système IMT permet de simuler un faux talon-pointe sur le véhicule qui est imperceptible lors de son utilisation.

Dernière chose concernant le son du véhicule ! Il n’est pas fabuleux, mais il n’est pas mauvais. Sachez qu’il est très compliqué voir impossible de faire un son mécaniquement flatteur avec uniquement 3 cylindres, donc forcément il y a recours à une amplification via le système son à l’intérieur. Je l’ai d’ailleurs trouvé léger, et c’est tant mieux.

Un moteur 3 cylindres de 261 chevaux
Ce moteur exceptionnel ne s’essouffle jamais. Basé sur un moteur 1,6 l turbo développant 261 chevaux et un couple de 360 NM, c’est le moteur le plus compact et le plus léger du marché. Une véritable prouesse qui permet à la nouvelle GR Yaris de faire le 0 à 100 km/h en 5,5 secondes et d’avoir une vitesse maximum limitée électroniquement à 230 km/h.

Il est aussi très polyvalent, car son comportement s’adapte à toutes les situations. Que l’on soit sur l’autoroute au régulateur, que l’on soit en mode tranquille pour aller chercher les enfants ou que l’on soit en mode « Full attack » pour rentrer rapidement à la maison après une sale journée au boulot. Dans chacune de ces situation, le moteur à du répondant et dans aucune situation on ne pourra prendre à défaut ce moteur ou cette boite de vitesse manuelle.

La consommation
Je vais scinder cette partie en deux histoires afin d’être totalement précis. Si vous êtes en mode tranquille pour aller chercher le pain, votre consommation moyenne sera entre 8 et 9 litres. Par contre, si vous êtes en mode « je me fais plaisir et j’attaque comme un cochon » alors vous serez forcément au delà des 11 litres au 100 km.

Conclusion
Cette petite voiture est addictive, vraiment attachante et risque de procurer beaucoup de sensations à pas mal de monde. Le chemin parcouru pour le développement de cette voiture a dû être monstrueusement long. Pourquoi ? Parce que l’équation à résoudre était très compliquée sur le papier. Toyota, ainsi que les équipes Gazoo racing ont réussi à faire un travail fabuleux de précision. J’en veux une.

On aime
– Le moteur, la boite, le châssis…
– Le prix correct pour les sensations.

On aime moins
– Le délai de livraison (victime de son succès)

Le prix
À partir de 35 600 euros.
Prix du modèle essayé en version Track : 37 600 euros.

Les remerciements
Merci à Toyota France pour ces trois journées au volant de cette nouvelle Toyota GR Yaris. Plus d’informations ici .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here