C’était fin février 2020, c’était le dernier essai avant d’être confiné et je n’avais même pas pris le temps d’écrire quelques lignes sur cette nouvelle Audi A1 citycarver que nous avions eu le temps d’une journée. Pour tester la dernière citadine baroudeuse de la gamme Audi, la marque nous a convié a essayer le modèle sur les routes belges sur un parcours Bruxelles -> Anvers -> Bruxelles. Le temps de découvrir cette Audi A1 un peu spéciale pendant 150 kilomètres.

Baroudeuse des villes
Son look est vraiment différent d’une nouvelle Audi A1. Pour découvrir les différences, vous pouvez jeter un oeil sur notre essai complet ici. Qu’est ce qui change ? Nous avons une garde au sol surélevée de 50 mm, des passages de roues marqués comme une Audi A6 allroad et des protections de soubassement beaucoup plus présentes. Ici c’est noté en plus « Edition One » car nous étions sur une version de lancement spécialement bien équipée. S’ajoute à cela une calandre octogonale « noir mat », des prises d’air en aluminium à l’avant, à l’arrière et un spoiler de toit Sline. Et pour couronner le tout une magnifique combinaison Orange pulse, toit gris Manhattan, pour êtes certain de ne pas passer inaperçu. Les goûts et les couleurs, c’est chacun pour soit, moi je l’aime comme ça.

Résolument numérique
A l’intérieur, on retrouve un niveau d’équipement très intéressant pour la catégorie. On est d’accord aussi qu’il faudra cocher certaines cases « option » du carnet de commande. Avec comme conséquence bien évidement de faire grimper le prix final de votre véhicule neuf. Virtual cockpit, système MMI navigation plus et système de commande vocale pour commander le système d’infotainment sont des éléments non négligeables pour le confort du conducteur. A cela s’ajoute pas mal d’éléments pour connecter votre smartphone pour afficher un Waze par exemple, ou jouer la musique de votre compte Spotify. Pour la sécurité, vous avez le régulateur de vitesse adaptatif qui donne une autre dimension à la conduite sur autoroute, l’Audi pre sens, le park assist et l’avertisseur de franchissement qui vous aideront à prévenir des dangers éventuels ou d’aimer les lignes blanches.

Un moteur 3 cylindres suffisant
Sous cette belle configuration 30 TFSI mise à disposition, nous avions un moteur 3 cylindres développant 116 chevaux couplé à une boite STronic à double embrayage. On va pas se mentir, c’est loin d’être un foudre de guerre, mais c’est pas ce qu’on lui demande. Pour une utilisation quotidienne, c’est suffisant. Néanmoins deux petites remarques sur ce combo, les quelques bruits ou raisonnantes du moteur qui viennent s’incruster dans l’habitacle et qui ne valorise pas l’oreille. Et enfin la réponse de la boite de vitesse qui s’avère assez lent, merci les normes anti-solution.

Un belle proposition
En conclusion, cette nouvelle Audi A1 citycarver est attachante et offre une alternative à la personne voulant une petite voiture pour partir à l’aventure des villes, des routes et des chemins. Mais en faisant attention à vos jantes 18 pouces. Une baroudeuse des villes, dont la personnalisation des éléments extérieurs et intérieurs vous ouvriront les chemins des possibilités.

On aime :
– Le look d’une mini baroudeuse
– La configuration essayée
– La couleur Orange Pulse

On aime moins :
– la gestion de la boite trop écologiquement convenable
– Le pommeau du levier de vitesse

Le prix :
À partir de 25 080 euros.

Les remerciements :
Merci à Audi France pour cette journée au volant de cette nouvelle Audi A1 citycarver. Plus d’informations ici .
















LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here